Territoires du Nord-Ouest

La communauté

Les francophones ont participé activement à l'exploration des Territoires, puis à l'établissement des routes de fourrures dès le 17e siècle. À la suite de conflits entre francophones et anglophones au cours des années 1880-1890 dans les Prairies, les Territoires adoptent une loi faisant de l'anglais la seule langue officielle. Vers le milieu du 20e siècle, les mines prennent le relais du développement et contribuent, avec le déménagement de l'administration territoriale à Yellowknife, à l'accroissement de la population anglophone. Ce n'est qu'en 1984 que l'Assemblée législative rétablit le français comme une des langues officielles des Territoires. Le dynamisme franco-ténois sera marqué notamment par la fondation en 1978 de l'Association culturelle franco-ténoise qui deviendra la Fédération franco-ténoise (FFT).

Aujourd'hui, deux Franco-Ténois sur dix sont nés à l'intérieur des Territoires. La grande majorité provient principalement du Québec et de l'Acadie et la communauté représente un peu moins de 3 % de la population totale, la grande majorité habitant dans la région de Yellowknife. L'âge médian de la communauté est de 42 ans.

Les Associations culturelles des Territoires

C'est à l'initiative de membres de la FFT qu'une nouvelle association est créée pour desservir la capitale. Incorporée le 18 septembre 1985 sous le nom d'Association franco - culturelle de Yellowknife (AFCY) , son rôle principal est d'organiser des activités socio - culturelles en français à Yellowknife. Au cours de la même année, l'Association des francophones de Fort Smith voit le jour; en 1987, c'est au tour de l'Association franco-culturelle de Hay River et le dernier-né avec une mission semblable en avril 2000, l'Association des francophones du delta du Mackenzie à Inuvik.

Ces quatre associations régionales partagent un mandat global commun :

1. Promouvoir les arts et la culture canadienne-française au moyen d'activités qui visent l'épanouissement et le développement durable de la francophonie dans leur communauté, dans une perspective de développement communautaire. 2. Initier ou encourager tout projet ou organisme, ou coopérer avec tout organisme, groupe ou individu qui, en travaillant dans le développement de la culture et de la vie communautaire, soutient la réalisation du premier volet de la mission des associations.

Le dynamisme artistique et culturel aux Territoires du Nord-Ouest

Le Grand Nord francophone a pignon sur rue à Yellowknife. La maison Laurent-Leroux y accueille la majorité des activités culturelles franco-ténoises. La Fédération franco-ténoise, et l'Association franco-culturelle de Yellowknife y sont logées et collaborent à l'organisation d'activités sociales telles que foires, salons ou expositions. La Maison Laurent-Leroux regroupe aussi, sous un même toit à Yellowknife, plusieurs organismes francophones. On la surnomme la maison bleue et c'est le coeur de la francophonie ténoise. Parmi les activités/services qui y sont offerts :

  • Le collège des TNO;
  • Les organismes à la jeunesse, l'alphabétisation, la santé et le programme des aînés;
  • La radio communautaire CIVR 103,5;
  • Le Prix littéraire franco-ténois (remis annuellement);
  • Le Prix Jeanne-Dubé (remis annuellement);
  • Des produits promotionnels : foulards, tasses, épinglettes, chandails, drapeaux, agendas;
  • Un point de chute lors de tournées de groupes artistiques: musiciens, acrobates;
  • Un service de location de films en français;
  • Un festival du cinéma en français à Yellowknife;
  • L'accès gratuit à des ordinateurs pour effectuer le montage de films amateurs;
  • L'organisation de diverses activités telles des sorties à la cabane à sucre;
  • L'accès gratuit à l'Internet;
  • La radio communautaire Radio Taïga.

La collaboration avec l'école

En novembre 2009, à l'initiative de l'Association franco-culturelle de Yellowknife, les intervenants en arts et culture ainsi qu'en éducation ont décidé de former une première table de concertation arts, culture et éducation qui réunira des associations culturelles, des artistes, des représentants du conseil scolaire francophone et du ministère de l'Éducation. Cette table a pour mandat de faciliter la contribution des arts et de la culture à la construction identitaire des jeunes.