Arts médiatiques

Les arts médiatiques au Canada comprennent les formes d'expression suivantes : le cinéma, la vidéo, les nouveaux médias, l'audio et les arts numériques. Ces formes d'expression sont diffusées dans les salles de cinéma, à la télévision, lors de festivals, dans les musées, galeries et centres d'artistes et sur Internet.

Les arts médiatiques représentent un miroir de nos communautés à qui elles renvoient une image dans laquelle elles se reconnaissent et se découvrent. Dans un univers où la prédominance est accordée à Internet et aux médias électroniques, les communautés francophones en situation minoritaire participent pleinement à la construction de notre identité culturelle et contribuent par leurs voix, leurs images et leur créativité à la richesse et à la diversité du contenu canadien. Ces productions, à travers les vecteurs culturels et d'information que sont la télévision, le cinéma et Internet, façonnent notre vision du monde au-delà des frontières géographiques, en s'inscrivant dans cette grande francophonie mondiale.

Un nombre croissant de professionnels – cinéastes, réalisateurs et réalisatrices, scénaristes, concepteurs de sites Internet, régisseurs, caméramans, directions et assistants de production, techniciens, techniciennes et artisans – permettent aujourd'hui de soutenir des productions de contenus linéaires, non linéaires et convergents de qualité et appréciés par divers publics.

L'art médiatique, en tant que médium artistique, est l'une des disciplines marquées par les interactions nécessaires avec les autres disciplines artistiques. Les compositeurs, les auteurs et les acteurs peuvent contribuer leur art, entre autres, aux productions cinématographiques, télévisuelles et néo médiatiques.

Notons enfin qu'un nombre grandissant de festivals de cinéma francophones et anglophones au Canada, dont Cinémental à Winnipeg, le Festival international du cinéma francophone en Acadie à Moncton, Hot Docs à Toronto, les Rendez-vous du cinéma québécois ou encore le Festival international du film sur l'art à Montréal soutiennent la visibilité des œuvres francophones, tandis que des diffuseurs nationaux, notamment la Société Radio-Canada, TV5 Canada/TV5 Monde, ARTV, TVA, Astral ou TFO reconnaissent et participent à la production d'œuvres francophones saluées par le public.

Le FRIC et l'APFC: deux organismes phares pour les arts médiatiques

Le Front des réalisateurs indépendants du Canada (FRIC) regroupe plus de 60 cinéastes indépendants provenant de partout au Canada. Depuis 2004, le FRIC s'emploie à représenter ses membres sur la scène politique et culturelle du Canada ; il participe aux différentes initiatives de l'espace culturel francophone et travaille au développement professionnel et au rayonnement de ses membres.

L'organisme s'investit dans la défense des intérêts et des droits professionnels, économiques, culturels, sociaux et moraux de ses membres auprès des agences gouvernementales fédérales, provinciales/territoriales et même locales.

Le FRIC développe des stratégies de formation pour ses membres et agit à titre de lieu de rencontre, principalement par la tenue des Vitrines annuelles qui offrent une occasion unique de partager et de faire voir ce qui se fait à travers le pays. Lors de ses assemblées annuelles, qui se tiennent dans différentes villes de la francophonie, le FRIC organise des ateliers de perfectionnement selon les besoins déterminés par les membres.

L'Alliance des producteurs francophones (APFC) se consacre depuis 1999 au développement de l'industrie francophone de la télévision, du film et du multimédia à l'échelle canadienne. Elle regroupe la majorité des entreprises francophones de production indépendante établies à Vancouver, White Rock (CB), Edmonton, Winnipeg, Toronto, Sudbury, Ottawa et Moncton.

Depuis sa création, les interventions de l'APFC auprès des instances décisionnelles du gouvernement et de l'industrie, ainsi que les partenariats instaurés avec plusieurs institutions, tels le Fonds canadien de télévision, Téléfilm Canada, l'ONF, Radio-Canada, TFO et autres, ont favorisé un essor remarquable. Suscitant la collaboration et l'appui de nombreux intervenants, des actions concertées sur le plan des politiques et de la représentation, de la diffusion, de la formation et du développement de marchés ont donné plusieurs résultats probants. L'APFC constitue par ailleurs un pont solide entre ses membres en leur offrant un forum national de rencontre, d'échanges et de concertation sur les grands dossiers du financement, de la diffusion, de la promotion et de la formation.

Le dynamisme du secteur cinéma - télévision francophone au Canada

Le dynamisme du secteur des arts médiatiques s'illustre par plus de 300 heures de productions tous genres confondus (courts et moyens métrages, séries documentaires et fiction, télévision et cinéma, œuvres narratives et non narratives) répertoriées depuis le début de la décennie et diffusées dans les festivals de cinéma francophones et anglophones, canadiens, américains ou européens, les chaînes de télévision ou les plateformes Internet.

La reconnaissance attribuée à nombre de ces œuvres témoigne de l'excellence de la création médiatique au sein de la francophonie canadienne et internationale. À titre d'exemple, le Prix du meilleur film de la francophonie canadienne remis au film Le Divan du monde (ZazieFilms) de Dominic Desjardins aux Rendez-vous du cinéma québécois en 2010, le Gémeau 2009 pour le meilleur rôle de soutien féminin - série dramatique Belle-Baie II (Phare-Est Média) et le Gémeau de la meilleure réalisation : affaires publiques, série documentaire pour leur série documentaire Destination NOR'OUEST II (Les Productions R. Charbonneau & Les Productions Rivard). En 2009, la Guirlande d'honneur lors du 27e Festival de cinéma et de télévision sportive de Milan à Champions grisonnants (Balestra) réalisé par Randy Kelly, sept prix internationaux pour Enfants d'Armageddon (Red Letter Film), écrit et réalisé par Fabienne Lips-Dumas, dont la Palme d'or au Festival international du Film du Mexique 2009. Le Lion d'Or 2009 pour Migrations (Bellefeuille productions), écrit et réalisé par Roger Leblanc, du Festival du Film ornithologique de Ménigoute en France, ou encore le Prix du meilleur court-métrage au Atlantic Film Festival 2007 de Halifax pour La Voisine (Phare-Est Média) de Pamela Gallant.

Ces récompenses, tout comme les nombreuses nominations, sont la démonstration tangible de la vitalité, de la qualité et de l'impact des réalisations et des productions indépendantes des communautés francophones en situation minoritaire.

Le dynamisme des arts médiatiques expérimentaux au Canada

Les arts médiatiques sont aussi composés d'un volet plus expérimental qui comprend notamment la vidéo d'art, l'installation, la musique actuelle, l'art web et la programmation numérique. Quelques artistes de la francophonie canadienne se sont fait connaître en arts médiatiques sur la scène nationale et internationale, dont Daniel Dugas, Véronique LeBlanc, Marc Audette, Stéfan St-Laurent, Louise Bourque, Dominique Rey, Véronique Couillard. Quelques centres d'artistes en Ontario et au Nouveau-Brunswick diffusent régulièrement des œuvres en arts médiatiques : la Galerie Sans Nom à Moncton et le Laboratoire d'art (Le Labo) à Toronto qui en produit également. À noter que depuis 1980, la coopérative Cinémarévie à Edmundston se consacre à la production d'œuvres en français.

La collaboration avec l'école

Avec le concours de la mobilisation autour des enjeux langue-culture-éducation et de l'intérêt grandissant d'une diffusion de contenu sur le Web, l'APFC, dans sa volonté de participer à la construction identitaire des jeunes du pays, a développé le projet La francophonie canadienne en images, dans lequel des activités pédagogiques sont proposées aux enseignantes et enseignants du Canada français.

Depuis l'automne 2010, lancé à partir de son site internet (www.apfc.info) et diffusé sur d'autres portails, les activités pédagogiques sont regroupées sous trois grandes thématiques qui explorent certaines dimensions de la construction identitaire des francophones du Canada et de la transmission de cette identité à travers les générations. Réparties selon des cadres thématiques bien précis, les activités s'adressent aux élèves de divers groupes d'âge, de la 5e année du primaire à la 12e année du secondaire. Pour chacune de ces thématiques, quatre ou cinq productions ont été sélectionnées pour servir de matériau de base à l'exploration de la thématique.

Art sur roues : cinéma vidéo est un projet offert aux écoles secondaires francophones du Nouveau-Brunswick. « le volet cinéma vidéo a permis à plusieurs jeunes de partout dans la province de s'exprimer à leur façon à l'aide d'outils cinématographiques. Les jeunes qui ont vécu l'expérience du projet Art sur roues sont fiers de leur travail, en plus d'avoir eu la chance d'explorer de nouvelles aptitudes, et ce, en le faisant en français », explique Madeleine Arseneau, présidente de la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick (FJFNB). Dans chacune des écoles participantes, un groupe d'élèves devait créer un court métrage vidéo de fiction sous l'encadrement d'un.e artiste professionnelle.le. « nous sommes enchanté.e.s d'être un partenaire dans cette initiative puisque l'AAAPNB croit fermement que les écoles sont un lieu d'apprentissage et d'épanouissement au développement artistique et culturel. L'apport des artistes professionnel.le.s dans le cadre du projet Art sur roues permet à l'élève de développer un sentiment d'appartenance à sa communauté », souligne Louise Lemieux, présidente de l'AAAPNB.

Le projet Art sur roues: cinéma vidéo vise à éveiller le potentiel artistique des jeunes francophones de l'Acadie du Nouveau-Brunswick et à créer des liens entre les élèves et les professionnels.le.s du cinéma. Le projet Art sur roues a appuyé les jeunes dans leur démarche créative en offrant des ateliers animés par des formateurs.trice.s professionnel.le.s dans les écoles et en fournissant l'équipement nécessaire à la réalisation de leur œuvre.