Accueil 

Demeurer ouvert

« Je me présente: Émile, 46 ans. Je suis né dans un petit village francophone du nord du Nouveau-Brunswick. À la fin de mon primaire, j'ai eu un accident en bicyclette et ma convalescence a duré plus d'un an. Mon arrivée au secondaire a été difficile: j'avais grandi tout en longueur. J'accusais des retards dans mes études et mon développement physique. Je ne faisais partie d'aucune « gang ». J'étais seul. Je me suis laissé tenter par les drogues... C'est alors qu'un professeur d’éducation physique m'a pris en main. Un esprit sain dans un corps sain, disait mon mentor! Avec l'accord de mes parents, il m'a préparé un programme d'entraînement. Son encadrement et ses encouragements ont changé ma vie. L'année suivante, je faisais partie de l'équipe de basketball. Deux ans plus tard, j'en étais la vedette. J'étais devenu quelqu'un!

Quand je suis arrivé à la direction d'une école primaire, j'ai voulu que les jeunes dont j'avais la charge jouissent de la même chance que j'avais eue. J'ai mis les sports au centre de la vie scolaire. Il y a trois ans, deux de mes enseignantes ont participé à un stage sur l'importance des arts dans la construction identitaire des jeunes. Comme la construction identitaire fait partie du mandat de l'école... il a bien fallu que j'examine leur point de vue. Mais moi, les arts, je n'y comprends rien. J'ai été franc avec elles, mais je leur ai donné carte blanche pour faire de mon école « sportive » AUSSI un passeur culturel. Je les regarde aller. On se rencontre régulièrement pour faire le point. Elles sont bien organisées, et leurs interventions ont porté fruits. Une équipe enthousiaste s'est formée de professeurs mais aussi de parents. Nous avons le soutien financier d'un club social. Là, c'est moi qui suis intervenu. J'ai fait profiter l'école de mon réseau communautaire. Des artistes nous visitent. J'ai rencontré un chanteur maniaque de football, et une comédienne gymnaste. Sports et arts, ça ne s'oppose pas nécessairement. Je soutiens mon monde. J'ai fait libérer une pièce pour le Coin des arts qui sert pour des répétitions, des représentations intimes en musique, de la danse, de l’improvisation. Ça se transforme en galerie d'art au besoin. Je vais faire mon tour. Les élèves savent que je suis plutôt « sport » mais je les encourage; ils apprécient. »
[Facebook] [Twitter] [Google+] [LinkedIn] [MySpace]